La fourmi qui danse

La danse des fourmis

 

Je partage avec vous mon expérience dans le domaine de l’orientation professionnelle.

Natacha

 

Cette histoire commence par Il était une fois ….

 

Il était une fois une fourmi qui était en burn-out. Vous aurez les détails de cette histoire dans l’épisode précédent : La fourmi et le burn-out

La fourmi vous raconte maintenant la suite de ses aventures et comment elle se sort progressivement du burn-out. Elle a un peu hésité avant de vous évoquer ce qui l’a aidée à aller mieux car forcément cela relève aussi du domaine personnel. Pourtant elle s’est dit que ce qui lui avait été bénéfique lors de cette période de crise pourra aussi être profitable à d’autres personnes. Elle vous partage aujourd’hui donc ce qu’elle a mis en place pour faire face à ce burn-out.

Tout d’abord, et peut-être ne le saviez vous pas, la fourmi adore la danse. Eh oui, il n’y a pas que la cigale qui danse tout l’été ! (Vous connaissez la fable).

Notre fourmi se dit alors qu’elle allait suivre les conseils de son entourage qui étaient de faire ce qu’elle aimait pour retrouver le goût et le sens de la vie.

Elle reprit donc ses chaussures de danse et retrouva bientôt non pas les dancefloors mais la salle de « danse des 5 rythmes ». Ça lui plaisait cette danse intuitive, où chacun est libre de faire les mouvements qui lui conviennent et lui plaisent, en suivant (ou non) une vague rythmique (Fluide, Staccato, Chaos, Lyrique et Quiétude). Et pour ceux qui ne voient vraiment pas à quoi pourrait ressembler cette activité, voici une petite démonstration en images, qui pourrait vous convaincre … même si la fourmi n’y figure pas 😉

 

Au début, la fourmi n’arrivait plus à danser, ce qui peut paraître normal si on se rappelle que le burn-out la vidait de toute son énergie. Pourtant, elle suivit les consignes du professeur de danse : « si tu es fatiguée, danse la fatigue », « si tu n’as envie de rien, danse le rien », « si tu es lourde, danse la lourdeur ».

Et petit à petit, la fourmi retrouva la danse en elle, elle se remit en mouvement.

Elle en avait des fourmis dans les pieds !

Elle savait aussi qu’elle pouvait compter sur d’autres danseurs et danseuses très sympathiques qui l’entouraient.

C’est ainsi que la fourmi vous partage une de ses bonnes pratiques pour aller mieux : se remettre en mouvement. Ce n’est pas une simple image mais une réalité concrète dans le corps.

La danse comme outil pour cheminer, c’est bien ça mais quoi encore ?

On avait aussi dit à notre fourmi qu’elle pourrait aller mieux en explorant sa créativité, ce qui la faisait vibrer.

Oui mais quelle activité artistique pour la fourmi ? Bien que possédant 6 pattes, elle n’était habile d’aucune d’entre elles pour dessiner, peindre, coudre….

Elle se dit qu’elle aimait bien colorier et qu’elle aimait bien les chats, donc elle acheta un mandala de chats à colorier (les chats arc-en-ciel, ça court maintenant les rues de Fourmi City). Ça lui permettait de se concentrer sur une activité simple et cadrée. Cela remettait de l’ordre dans son esprit parfois très agité.

La fourmi fourmille maintenant d’idées pour aller mieux : pourquoi pas ceci ? et cela ? et peut-être un peu de ….

Si vous avez envie d’en savoir plus sur la fourmi, rendez-vous jeudi 4 novembre sur ce blog !

En lire plus